Lecture théâtralisée

Lecture theatralisee katryne gentil cie catimimi franz bartelt

 

 

Extraits

Franz Bartelt

LES NOUILLES

 

Le Premier : J'évite de manger des nouilles. Ça rend bête.

Le Second : C'est pour moi que vous dites ça ?

Le Premier : Je parle en général. Les nouilles, ça rend bête. Vous le savez aussi bien que moi. Vous le savez, ça, que les nouilles ça rend bête ?

Le Second : Mais non, je ne le sais pas.

Le Premier : C'est que vous mangez trop de nouilles... Méfiez-vous, ça commence à se voir.

(...)

Le Second : J'aime. Que voulez-vous, j'aime les nouilles. J'aime. J'aime. Oui, Disons-le franchement : j'aime !

(...)

Le Premier : Vous mangez des nouilles creuses ?

Le Second : Oui, hein. Les nouilles sont creuses. En principe.

Le Premier : Quand vous mangez des nouilles, vous ne vous êtes jamais demandé où allait le creux ? Le creux, vous le mangez bien avec la nouille ou vous le laissez sur le bord de l'assiette ?

Le Second : Je le mange, bien sûr. Il fait partie de la nouille. C'est le creux qui fait la nouille.

Le Premier : Laissez-moi vous expliquer quelque chose. Vous voulez bien ?

Le Second : Si vous y tenez...

Le Premier : Bien. La nouille par elle-même, votre estomac la digère.

Le Second : Je suppose.

Le Premier : Pas de problème, il la digère. Mais le creux, le creux, lui, si léger, si volatil, si impalpable, il passe directement dans le sang. Et il monte à la tête. Comprenez-vous ?

(...)